Ville de Montbrison

AccueilDécouvrir MontbrisonPatrimoineThéâtre antique

Théâtre antique

Le théâtre antique de Moingt

Quelques murs et les rebords de talus aujourd’hui englobés dans un espace urbanisé laissent deviner l’emprise du théâtre antique.

Le nom des lieux : Le Mur des Sarrasins  nous révèle que la population locale avait reconnu dans ces vieux murs des vestiges anciens. Mais ce n’est qu’au 19ème siècle que Th Rochigneux puis Auguste Bernard en ont fait une première étude. Ils décrivent un théâtre romain original puisqu’il est déjà acquis que la cavea ne possédait pas de rangées de gradins de pierre mais  sans doute un remblai de terre. Il était adossé à un mur semi-circulaire qui subsiste en partie. Il est venu se loger sur les premières pentes des Monts du Forez peut-être pour bénéficier plus vite de l’ombre comme le conseillait l’ingénieur architecte Vitruve (1er siècle) mais aussi pour conserver un bon éclairage de la scène en fin d’après-midi. En outre, Le relief situé à l’arrière  favorise une meilleure acoustique. Son axe permet d’échapper aux vents dominants et aussi de l’ouvrir vers le sanctuaire.

Aucun élément ne permet de dater précisément la construction du théâtre. Mais il a été agrandi et réaménagé, pour atteindre l’emprise qu’on lui devine aujourd’hui. Comme les autres monuments gallo-romains d’Aquae Segetae il a très probablement servi de carrière après le IIIème siècle, nous le constatons en observant de nombreuses pierres de remploi dans les monuments médiévaux de Moingt et de Montbrison.

Trouver un théâtre dans une station thermale ne nous surprend pas. La population venant faire une cure, il est bon de lui offrir des loisirs autant que possible variés. Cela nous amène à aborder une deuxième particularité de cet édifice :

C’était un théâtre mixte. C’est-à-dire que la scène était elle-même amovible. De ce fait il pouvait s’adapter à plusieurs types de manifestations : Spectacles de types scéniques ayant besoin d’une scène et d’une arène où pouvait se tenir des chœurs ou des musiciens. Mais  en enlevant la scène cet équipement pouvait se transformait en lieu de spectacles plus proche des jeux du cirque avec une arène plus complète.

Sa capacité elle-même a pu varier selon que l’on ajoutait ou pas des bancs dans l’arène. Au maximum il a pu accueillir 8000 spectateurs d’après Mr Golvin, mais Christian le Barrier table plutôt sur le chiffre plus réaliste de 5000 places, à raison de trois personnes au M² ce qui est déjà considérable.

A quoi pouvait ressembler ce théâtre ?

JP Golvin a tenté la restitution d’une maquette, dessin ci-dessous.

Que reste-il du théâtre d’Aquae Segetae ?

– Une partie du mur de la cavea percé de trous de boulins  qui ont permis de fixer des échafaudages. On y observe une taille de blocs de granite régulière.

– Le trou plus vaste visible sur le dessin retrouvé à la Diana, n’est pas dû entièrement à la ruine du monument. Il faut s’en approcher pour distinguer qu’il est surmonté d’une voûte dont les claveaux sont restés en place. Il s’agit là d’un vomitoire c’est-à-dire un accès en hauteur. Il débouchait sur un large contrefort doté d’escaliers.

– Les murs au nord de la scène sont en partie conservés car l’espace a servi de local jusqu’à une période relativement récente comme le montre ce dessin d’Auguste Bernard 1849, retrouvé à la Diana.

Dessins ci-dessous de Jean Renaud 1959-1960

Crédits et remerciements

Ce parcours du patrimoine de la ville de Montbrison est le fruit d’une collaboration entre les services de la ville, les associations patrimoniales : Amis des Thermes, de Sainte Eugénie, Amis de la colline du calvaire, Pays d’Art et d’Histoire, des passionnés d’histoire de Village en Forez, sous la coordination de Jeanine Paloulian adjointe au patrimoine. Remerciements particuliers à l’office du tourisme Loire Forez, Pierre Drevet, Michèle Bouteille.

Photos : Ville de Montbrison, Dronereporter42, Archipat, Archives municipales (fonds Fayard) Loire Forez agglomération, Aquarelle Jean-Claude Golvin, M. Brunet qui ont contribué à l’écriture.