Ville de Montbrison

AccueilDécouvrir MontbrisonPatrimoineMaison Robertet

Maison Robertet

La maison des Robertet

La demeure Renaissance des Robertet est située rue Martin-Bernard, en face de la maison des lions. De grandes fenêtres à meneaux ornent sa façade qui compte cinq travées et trois niveaux séparés par des bandeaux d´étage. L´édifice actuel est du dernier quart du XVIe siècle : la façade en pierre de taille est datée de 1587 (ou 1582 ?) ; date inscrite dans un cartouche rectangulaire et associée à des armoiries – martelées – qui pourraient être celles des Robertet et des Mandelot ; à droite celles d´Eléonore Robertet, petite-fille de Florimond Robertet, à gauche, celles de son mari, François de Mandelot, entourées du collier de chevalier de l´ordre du Saint-Esprit qu’il venait de recevoir.

La famille Robertet était installée à Montbrison depuis le XIVe siècle : famille de notaires, seigneurs de Contéol (paroisse de Bard) qui s’éleva ensuite aux plus hautes charges du royaume et a donné plusieurs personnages illustres. Une chapelle latérale de la collégiale Notre-Dame porte le nom et l’épitaphe latine de Jean Robertet, secrétaire du duc de Bourbon puis du roi de France Charles VIII, greffier de l’ordre de Saint-Michel (créé par Louis XI), contrôleur général des Eaux et Forêts. Ce grand commis était aussi un poète qui fréquenta d’abord les cercles littéraires de la cour de Bourgogne puis la cour de Blois et fut l’ami de Charles d’Orléans. Il se retira à Montbrison en 1492 et y mourut en 1502. Son fils Florimond Robertet (1458-1527), né à Montbrison, fut successivement trésorier de France des rois Charles VIII, Louis XI et François 1er. Il fut aussi un habile diplomate, spécialiste des affaires d’Italie où il se rendit à plusieurs reprises ; il fut le corres¬pondant de Machiavel qui, en 1510, écrit dans un rapport sur les affaires de France : « en réalité ce sont Robertet et Mgr de Paris [l’archevêque de Paris] qui gouvernent tout ». Homme de goût, passionné par la Renaissance artistique, Florimond Robertet, devenu baron d’Alluye, fit construire à Blois l’hôtel du même nom que l’on peut encore ad¬mirer aujourd’hui, orné de ses armes. Sa louange posthume fut faite par Clément Marot lui-même (La Déploration sur la mort de Florimond Robertet). Mort à Paris en 1527, son corps fut transporté à Blois avec un faste funéraire impressionnant et inhumé dans l’église Saint-Honoré, aujourd’hui disparue. Ses deux fils, François et Claude, se partagèrent ses fonctions. Bel exemple d’une de ces dynasties de grands commis de l’Etat que la monarchie sut attacher à son service.

La maison de Montbrison des Robertet revint à l’une des petites-filles de Florimond, Eléonore Robertet (+ 1596) épouse de François de Mandelot, gouverneur des provinces de Lyonnais, Forez et Beaujolais qui joua un grand rôle à Lyon pendant les guerres de religion. Ce sont les armes de François et Eléonore de Mandelot qui figuraient sur la façade de la maison et qui ont été martelées. Leur fille Marguerite de Mandelot épousa Charles de Neuville, également gouverneur du Lyonnais, Forez et Beaujolais.

La maison des Robertet fut, sous l’Ancien Régime la propriété des Tournon puis, du  XVIIIe au XXe siècle, celle des Le Conte, famille de magistrats d’Ancien Régime qui possédaient aussi (et possèdent encore) le château de Champs. Leurs armes ap¬paraissent sur le petit linteau qui surmonte la porte d’entrée : « d’argent à trois canettes [parfois, des merlettes], au chef d’azur chargé d’un lion passant d’or » : ce sont ici plutôt des merlettes – qui méritent qu’on les découvre…

Détail étonnant : à la suite du plan d´alignement établi en 1872, la façade de la maison a été reculée : démontée pierre à pierre puis reconstuite en arrière de son emplacement précédent. A l’intérieur, on a un vestibule voûté en berceau, un large escalier à vis, des pièces avec de belles boiseries. Un salon du 1er étage est doté d’un plafond à poutres aux faces ornées de cartouches peints représentant des vues de paysages ou de monuments foréziens.

L’intérieur de la maison a été entièrement restauré en 1993-1994 par la famille Couchet.

Crédits et remerciements

Ce parcours du patrimoine de la ville de Montbrison est le fruit d’une collaboration entre les services de la ville, les associations patrimoniales : Amis des Thermes, de Sainte Eugénie, Amis de la colline du calvaire, Pays d’Art et d’Histoire, des passionnés d’histoire de Village en Forez, sous la coordination de Jeanine Paloulian adjointe au patrimoine. Remerciements particuliers à l’office du tourisme Loire Forez, Pierre Drevet, Michèle Bouteille.

Photos : Ville de Montbrison, Dronereporter42, Archipat, Archives municipales (fonds Fayard) Loire Forez agglomération, Aquarelle Jean-Claude Golvin, M. Brunet qui ont contribué à l’écriture.