Ville de Montbrison

AccueilLoisirs et découvertesDécouvrir MontbrisonHistoire & patrimoine

Histoire & patrimoine

Plan médiéval de Montbrison

L’histoire de Montbrison commence au Moyen Age et elle est intimement liée à celle des Comtes de Forez. Du premier, Guillaume qui fut mis en possession du Comté en 877 par Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne au dernier, le connétable Charles de Bourbon, mort sous les murs de Rome en 1527, ils forment une longue lignée de seigneurs puissants et valeureux dont certains ont laissé un nom et des oeuvres durables.

L’ancien hôpital

L'ancien hôpital

Guillaume III a fondé en 1090 un hôpital qui fut transféré en 1217 sur les berges du Vizézy à l’emplacement où il se trouve encore aujourd’hui, même s’il a depuis perdu sa vocation initiale. A cette époque s’élevait le château comtal sur la colline du Calvaire. Il était dominé par un imposant donjon et entouré d’une double enceinte construite par Guy II, dont subsistent quatre tours et une muraille, au pied du Collège Victor de Laprade, rue Claude Henrys et rue des Prisons ainsi qu’une seule tour, la tour de la Barrière toujours visible aujourd’hui, dans la petite rue du Palais de justice. Le château a été démoli en 1596.

La collégiale Notre Dame : Joyau du patrimoine

La Collégiale Notre Dame d’Espérance
Joyau du patrimoine montbrisonnais

Placée sous le vocable de Notre Dame d’Espérance, la collégiale de Montbrison a été fondée au XIIIe siècle, sa construction, s’est poursuivie pendant près de 250 ans.
Initialement conçue par le comte Guy IV comme « sa  Sainte Chapelle », elle est aujourd’hui un édifice emblématique de la ville et du département.
La pierre d’honneur scellée dans le mur de l’abside, précise que cette «  première pierre » fut posée par le jeune Guy V (fils de Guy IV) enfant.  Le vitrail qui la surmonte illustre cet événement.
À gauche du chœur, dans une vitrine fortifiée, on trouve notamment les reliques de Saint-Aubrin, patron de la ville et à la gauche de l’autel, une croix en pierre du XVIIe siècle , la croix d’Estiallet, dont les statues représentent les saints guérisseurs de la peste.

Crédit : Ville de Montbrison

Crédit : Ville de Montbrison

La salle héraldique de la Diana

Crédit : Ville de Montbrison

Crédit : Ville de Montbrison

La salle héraldique de la Diana est un monument unique en France, construite vers 1295 par Jean 1er de Forez (1276-1333), arrière petit-fils de Guy IV, et décorée à l’occasion de son mariage avec Alix de Viennois de 1728 caissons où se répètent 48 blasons différents représentant les familles nobles du Forez au Moyen-Age. Au XVIIe siècle, les Etats du Forez se sont aussi tenus dans cette salle de réception, historiquement la première de la ville.

http://www.ladiana.com/

Le palais de justice


Le Palais de Justice
Ancienne chapelle des visitandines

L’église Sainte Marie (1700-1701) est couronnée d’un dôme construit par un élève de Mansart. Elle devient à la Révolution, salle du tribunal criminel puis cour d’assises jusqu’en 1957. L’anarchiste Ravachol y  fût condamné à mort, en 1892. Aujourd’hui propriété du département de la Loire, elle a été le cadre des scènes d’audience judiciaire, lors du tournage de la série télévisée : Jacquou le Croquant  en 1969.

Le calvaire

Les origines médiévales de la ville.

La colline du calvaire domine la ville. C’est sur cette butte basaltique que se trouvait le château féodal des comtes de Forez qui avaient fait de Montbrison leur capitale et donné, à cette ville ancienne, lustre et rayonnement.

Le calvaire proprement dit a été érigé à la fin du XIXe siècle.

La sous préfecture

L’ancien collège des oratoriens avait été fondé en 1626 pour l’éducation des garçons de la petite noblesse. L’Histoire a surtout retenu le nom de l’un des professeurs : Jean Baptiste Massillon, devenu un prédicateur réputé à Paris, qui a prononcé les oraisons funèbres de tous les grands personnages de l’Etat du début du XVIIIe siècle, dont celle du roi Louis XIV, en 1715.

Confisqué à la révolution comme bien national, Siège de la Préfecture de la Loire pendant 60 ans, c’est dans la chapelle transformée en salle des délibérations que siégeait le Conseil général durant cette période.

Église Saint Julien

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Au Moyen-âge le village de Moingt s’organise autour de son église et de son bourg castral, avec un habitat de maisons construites en pisé, protégées par une enceinte circulaire. Plusieurs maisons portent les signes d’une vie rurale autour de la vigne.